Rechercher
  • Mission Handicap - Centre Communal d'Asnières

La ville d'Asnières-sur-Seine s'engage

Dernière mise à jour : 9 déc. 2020

« Le handicap est une chance » en collaboration avec la Mission Handicap du Centre Communal d'Action Sociale de la ville d'Asnières-sur-seine.

L'athlète Mathieu Thomas et des enfants des Centres de Loisirs de la ville d'Asnières-sur-seine.

Contexte et genèse du projet


Ce projet fait suite à la préconisation faite lors de la précédente Commission Communale Pour l’Accessibilité qui proposait que le sport soit le thème de l’année 2020 et qu’il puisse être le biais d’une meilleure inclusion du handicap.

Ce projet s’inscrit également dans la continuité d’une journée de découverte proposée aux Centres de Loisirs de la ville d’Asnières-sur-Seine au Stade Charléty pour assister aux épreuves de sélection des Jeux Paralympiques. Cette journée, qui rassemblait des groupes issus des centres de loisirs et des écoles venus de toute l’Ile-de-France, n’a pas pu être reconduite en 2020 à cause du contexte sanitaire.

Malgré tout, les Jeux Olympiques de 2024 approchant, il nous a semblé important d’organiser une journée de sensibilisation au handisport de haut niveau auprès d’un public jeune, qui s’inspirerait des expériences vécues lors du Handisport Open Paris par les enfants.


Nous avons donc invité Mathieu Thomas, athlète paralympique de badminton et porteur d’un handicap invisible, à venir animer des ateliers sportifs et ludiques afin de sensibiliser les enfants des Centres socio-culturels de la Ville au handicap et à cette discipline (et l’univers du sport paralympique de haut niveau).


La journée du 28 octobre 2020 Était ainsi présente une trentaine d’enfants âgés entre 8 et 14 ans des Centres Louise Michel, Club des Chardons et Centre Aimé Césaire. Nous avions aussi proposé à des adhérents du Club Sportif de Badminton Asniérois de se joindre à l’aventure afin de co-animer les ateliers à l’adresse des jeunes.

Nous avions choisi le gymnase Carpentier pour sa proximité avec les centres, et les enfants nous ont rejoints en début d’après-midi. Mathieu Thomas a installé ses ateliers. Il s’agissait pour l’un d’entre eux d’un jeu d’adresse où il fallait viser des cibles de différentes tailles pratiquées sur une grande bâche ; plus la cible était petite, plus le nombre de points à gagner était grand ; cumulées entre elles, les cibles faisaient un total de 2024 points, rappelant la date des Jeux Paralympiques et Olympiques qui doivent se tenir à Paris. Pour un autre, les enfants devaient se déplacer le plus vite possible entre des « pods » qui s’éclairaient les uns à la suite des autres à mesure qu’on appuyait dessus pour les éteindre. Il était également proposé aux enfants des centres de faire des matchs

sur des terrains montés pour l’occasion.

Les enfants ont été répartis en quatre équipes avec dans chacune d’entre elles des joueurs de badminton de l’association asniéroise qui pouvaient les encadrer dans les exercices sportifs.



Si Mathieu Thomas est atteint d’un handicap qui ne se voit pas dans la vie de tous les jours (il porte une attèle qui ne se remarque pas), ses explications et démonstrations ont permis de le manifester auprès des enfants, et d’en montrer les répercussions sur ses déplacements.

Mais c’est durant le match qu’il a disputé avec des adhérents du Club Sportif de Badminton Asniérois, auquel les enfants des centres ont pu assister du haut des gradins, que les possibilités et les limites de Mathieu Thomas sont apparues plus clairement encore. En effet, le sportif ne pouvait pas suffisamment se déplacer en latéral pour

pouvoir occuper un terrain complet règlementaire. Il a donc proposé à ses adversaires de ne l’affronter que sur une demi-largeur de terrain règlementaire.

Les matchs n’en sont pas moins restés impressionnants. Les jeunes ont donc pu voir à travers le jeu de Mathieu Thomas à la fois une personne maîtrisant à un haut degré une discipline sportive et une personne limitée par un handicap . C’est ce paradoxe, auquel les enfants des Centres de Loisirs avaient déjà assisté l’année précédente au stade Charléty, qui nous a paru intéressant de manifester à la jeunesse. Les enfants qui, du

fait de leur âge, de leur rapport au monde, se sentent souvent particulièrement limités dans leurs capacités, dans leur confiance en eux-mêmes, voient des adultes limités par un handicap qu’ils n’ont pas choisi et qui devient pourtant pour eux l’occasion de développer un art, une volonté et une rigueur mentale. Ainsi Mathieu Thomas

ressemblait aux enfants par sa limite autant qu’il leur montrait l’exemple d’une rigueur de vie et d’une réussite sur lui-même.


Les rencontres terminées, le sportif a donné une petite conférence aux enfants en racontant son parcours de vie et a pu répondre à leurs questions, qui étaient nombreuses. Les enfants ont notamment été surpris d’apprendre que

Mathieu Thomas a commencé sa carrière sportive à l’âge de 30 ans, alors qu’il avait été atteint d’un handicap à la suite d’une maladie plus de dix ans auparavant. Il leur a expliqué qu’il lui avait fallu des années avant d’accepter son handicap, et de faire de cette faiblesse une force.



La Mission Handicap du Centre Communal d'Asnières-sur-seine pour JKO Sports

37 vues0 commentaire